En ma qualité d’administrateur de la société pharmaceutique " Copharma" SA, j’ai eu le plaisir de connaître et d’apprécier l'Ecole Supérieure de Technologie et de Management (ESTM), dans le cadre d'une formation continue en gestion des entreprises en 1999.
Le cadre de la formation, l'expertise de l'établissement et les compétences des formateurs ont été d'un apport appréciable.
Le Mali, à l'instar des autres pays, devra encourager et soutenir de telles initiatives, source d'emploi par la création d'entreprises compétitives, et l'apport significatif dans le cadre de la formation professionnelle.
Dr Diallo Deidia Mahamane Kattra.
Ancienne Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle. 

 

Je suis Mlle Amegankpoé Marlène, j’ai 24 ans (en 2012), diplômée d’une Maitrise en management Financier de l’Ecole Supérieure de Technologie et Management. 

Je suis entrée à l’ESTM en 2003 tout juste après mon bac, à un moment où c’était une vraie problématique pour les parents de bacheliers d’assurer les études de leurs enfants. A l’ère ou les plus chanceux avaient l’option d’aller étudier à l’étranger, et les moins chanceux devaient se résigner à une université malienne en proie à des perturbations permanentes, l’ESTM a ouvert à un moment où le besoin était là. Alors que les lycées privés tendaient à se démarquer des autres établissements publics, il fallait une continuité, et c’est cette continuité là qu’a su offrir l’ESTM.

Une formation de qualité, sérieuse et rigoureuse, au sein d’un établissement privé, au Mali. Il n’y avait plus alors besoin de s’expatrier pour caresser l’espoir d’obtenir un diplôme dont on pouvait être fier.

Les quatre années à l’ESTM ont été très riches en expérience.

Premièrement au niveau de la formation en elle-même, en offrant une ouverture sur des métiers qui explosaient alors, offrant un vrai choix entre plusieurs disciplines, plusieurs carrières possibles ce qui est très important.

Deuxièmement un corps enseignant expérimenté et bien formé apte donc à transmettre un savoir acquis pour la plupart à l’étranger.

Troisièmement, une vie estudiantine dynamique et ambitieuse. Ce dernier point s’est illustré par la création d’un bureau des étudiants qui a eu à cœur de se démarquer, de faire la différence entre l’ESTM et les autres établissements, de faire briller l’école, car lorsqu’une école est neuve, ce sont les étudiants qui en font l’image et le succès, mais pas seulement dans ce sens la, dans le sens ou les étudiants étaient alors capables de se faire entendre lorsque l’Etablissement ne savait pas répondre à certaines préoccupations comme par exemple la reconnaissance des diplômes qui alors était un sujet sensible.

En regardant derrière moi je n’ai aucuns regrets à avoir passé ses quatre années au sein de l’ESTM. Je n’envie pas mes camarades lycéens qui ont poursuivi leurs études à l’étranger, en Europe ou en Amérique. La vie se bâtit des opportunités que l’on a, quelle qu’elles soient.

J’ai été en mesure de valoriser mon diplôme, j’ai également eu la chance par la suite de poursuivi mes études à l’étranger et à aucun moment je n’ai senti de fossé avec les étudiants français, chinois ou d’autres nationalités. J’ai pu travailler au Bénin, aussi bien qu’en Chine, en France avant de finalement rentrer au Mali ou je travaille depuis deux années au sein d’une structure privée.

L’ESTM fête ses dix années, dix années ou plusieurs promotions se sont succédé. 10 années ou l’établissement a reçu compliments et critiques. Et si les critiques peuvent être acerbes, il faut savoir faire la part des choses car rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. Dans la nuance, je reste convaincue que ce sont les étudiants qui font la force d’une école. Un étudiant ayant la volonté de maximiser le potentiel de son cursus à l’ESTM tiendra toujours son diplôme avec fierté, car il ne sera le reflet que de ses efforts, des compétences de ses enseignants et des moyens que l’établissement aura pu mettre à sa disposition pour accompagner sa réussite.

Je n’ai alors qu’une chose à dire, longue vie à l’ESTM, en espérant que l’établissement puisse continuer à apporter et adapter des réponses adéquates aux besoins des étudiants à une époque ou tout, même l’enseignement, tend à se globaliser. 

 

Témoignage de Mr. Ibrahim DIANCOUMBA

PREMIER DIRECTEUR DES ETUDES DE L’ESTM

Permettez-moi l’occasion des dix ans de l’ESTM, de faire ce témoignage en ma qualité de premier Directeur des Etudes et de professeur de l’ESTM.

Depuis 10 ans que je suis là, j’ai pu observer et apprécier non seulement les différentes offres et formations, les étudiants et mes camarades professeurs ainsi que la Direction Générale, mais aussi et surtout le Conseil d’Administration qui a créé cette école de l’excellence. Je veux parler de trois grands hommes, trois bons leaders, trois gestionnaires enviables et enviés.

D’abord le Président du Conseil d’Administration Monsieur Djibril Souleymane N’DIAYE dont la valeur n’a de taille que son aptitude à réussir, à tout réussir dans la mesure de ses ambitions. Qui d’autre, mieux que lui au Mali, a créé et placé aux premières loges un système de formation de ma maternelle au cycle postuniversitaire ? Son dynamisme, son leadership, son esprit d’ouverture, sa rigueur et son ingéniosité sont autant d’atouts qui ne peuvent que mener au succès et à l’excellence.

Je voudrais ici le remercier surtout pour sa courtoisie et son dynamisme, mais aussi le féliciter pour sa grande contribution à la promotion de l’école malienne.

Cependant, force est de reconnaître que deux grands hommes, ses collègues présidents, sont à l’origine du choix de Monsieur N’DIAYE pour présider aux destinées de cette école. J’ai nommé Monsieur Abdelhamid LAZRAK, grand visionnaire et fondateur éclairé de l’Institut des Hautes Etudes Economiques et Sociales (IHEES) de Casablanca il y a plus de trente ans, et Monsieur Amadou Bai DIALLO, homme d’affaires hors pair, très humble, lucide et pragmatique.

Un tel trio à la tête des affaires, voilà un des secrets de l’ESTM, une école forte de ses bons programmes, de ses professeurs chevronnés, de ses étudiants studieux et de son personnel qualifié.

Mr. Ibrahim DIANCOUMBA

Flash Infos

La Direction Générale de l’ESTM a le plaisir d’informer les étudiants que la session de rattrapages de l’année académique 2016-2017 sera organisée du 11 au 15 septembre 2017.

 Les étudiants concernés doivent se présenter à la Direction des Etudes le 6 septembre 2017 au plus tard à 17 h.

 

En conséquence, la rentrée 2017-2018 est fixée au 9 octobre 2017.

Présentation | Mot du DG | Equipe de direction

ESTM © 2016. All Rights Reserved.